Blog

Ces articles sont le fruit de mes réflexions et de mes expériences. Vous y retrouverez des textes prenant leur source dans la psychologie du sport, la philosophie et la psychologie de la santé.

Le goût de l’effort

Il n’est pas encore l’heure d’abandonner. Pas maintenant, pas aujourd’hui. Chaque jour offre l’opportunité de donner le meilleur de soi-même. Ces derniers mots sont une forme de mantra. Une phrase qui vous amène à être en quête de réponses pour vous améliorer chaque jour. Une phrase qui vous donne la possibilité de vous réinventer et de puiser dans des forces parfois inestimées. Une phrase qui vous fait accepter que votre vie et votre pratique sportive est un chemin dans lequel les douleurs physiques et mentales peuvent devenir vos alliés et vos messagers. Je crois sincèrement que le goût de l’effort est la clé du dépassement de soi et de votre épanouissement personnel. Parce qu’il intègre votre être dans son entièreté. Il vous fait vous sentir vivant. Il sollicite toute votre énergie pour aller vers vos ambitions, vos rêves découpés en objectifs. Il fait abstraction des pièges de l’ego. Vous avez bien évidemment besoin de vos habitudes, qui vous offrent une base de sécurité sur laquelle vous reposer. Mais elles ne doivent pas rester trop longtemps, du moins pas sans des efforts pour créer du renouveau. Comme me l’a confié un athlète, maître des airs avec son avion, il en résulte une quête de soi. Y a-t-il plus beau que cela dans la vie ?

Hypersensible et préparateur mental : Un atout pour l’accompagnement des athlètes ?

L’hypersensibilité est un sujet plutôt méconnu du grand public. Pourtant, selon E. Aron, psychologue américaine, 15 à 20% de la population serait hypersensible. Le spécialiste Français Saverio Tomasella donne le chiffre de 30%. Une personne ’hypersensible est souvent qualifiée de timide, d’introverti, d’effacé, de calme, peu sociable, qui ne parle pas, qui écoute. Elle serait davantage portée vers la solitude. Il réfléchit beaucoup à ce qui l’entoure. En premier lieu, une personne timide apparaît comme anxieuse, gauche, timorée, inhibée et réservée. Ce sont les connotations négatives. Les connotations positives sont de l’ordre de la discrétion, le sang-froid, la réflexion et la sensibilité. Mais qu’elle est réellement sa définition ? Pour répondre à cette question, je vous propose de découvrir les caractéristiques de l’hypersensibilité à travers mon vécu d’hypersensible. Dans les lignes qui vont suivre, vous comprendrez comment se manifeste l’hypersensibilité et comment faire de cette part de personnalité, un atout pour le quotidien plutôt qu’une part de souffrance.

Lettre à la colère

Le feu. Le rouge. L’irritabilité. L’énervement. La chaleur. La tension. Le cri. L’expression. La violence. Les pleurs. L’agressivité. La rage. Voilà bien des mots avec lesquels nous pouvons t’y associer. Comme un animal sauvage, tu rugis pour t’imposer, pour dominer. Tu prends ta place dans le corps et la tête, créant un désordre et le sentiment d’être incontrôlable. Tu règnes comme un roi ordonnant qu’on l’écoute et que l’on satisfasse ses besoins. Saches que ton tempérament donne du fil à retordre. Tu prives de la lucidité en t’exprimant bruyamment. Pourtant derrière tes airs sauvages, se cache quelque chose d’un peu moins prononçable et plus doux : la peur ou la tristesse. Lorsqu’un besoin n’est pas satisfait, tu te mets en scène pour changer la donne de la situation. Tu te révoltes en te mettant en première ligne pour protéger ton hôte de la tristesse. Par ton caractère bouillonnant, tu souhaites que ton hôte garde la tête haute. Mais ton message n’est pas toujours bien compris. Que cela soit par ton hôte ou bien par celui qui t’attise. En voulant satisfaire le besoin de ton hôte, tu crées parfois le chaos. Comme l’écrit Chaloult et al. (2014) à ton sujet, « Le potentiel destructif de la colère est lié non pas tant à son expression en tant que telle mais à la façon de le faire. » En t’exprimant trop vivement, tu accapares toute l’attention. Tu empêches de se concentrer et de réagir de manière plus juste. Lorsqu’un athlète te ressent à l’excès, il sort de sa bulle et se met à agir de manière inadaptée. Personne ne reconnaît la personne qui t’exprime trop fortement. En t’exprimant ainsi, tu crées de la rigidité mentale. Ton hôte n’a plus du tout la capacité de s’adapter aux différentes situations.

Le perfectionnisme (3/3) : 10 étapes pour créer un équilibre

« La seule façon de sentir des choses nouvelles, c’est de faire du nouveau dans ta façon de les sentir. » Pessoa Je vais contrôler ce que je peux contrôler, sans m’occuper du reste. C’est-à-dire que je vais me concentrer sur mes intentions, aiguiser ma préparation mentale et gagner en confiance en ne me préoccupant plus des…

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Recevez directement mes nouveaux articles dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :