Mes articles

Ces articles sont le fruit de mes réflexions et de mes expériences. Vous y retrouverez des textes prenant leur source dans la psychologie du sport, la philosophie et la psychologie de la santé.

Et si on remettait le sens au goût du jour ?

Donner du sens est un besoin fondamental de l’être humain. Le sens permet de suivre un chemin choisit, un chemin qui est propre à soi et qui doit vous correspondre. Il est un moteur universel pour s’accomplir personnellement et être fier.e de soi quand il sera venu le temps de regarder dans le rétroviseur de votre vie. Accompagner les athlètes à donner du sens à ce qu’ils font est ce qui m’anime profondément. Il émane de ma nature et de ma personnalité comme une évidence de créer du sens pour comprendre, se dépasser et être libre. Dès lors, je vous encourage à donner du sens à ce que vous faites, au travers de vos valeurs et de vos motivations intrinsèques. Bien que chaque athlète ait une ambition extrinsèque de titre ou de récompense pour laisser une trace aux yeux des autres, la seule et unique trace qui compte n’est pas ce but mais tout l’intérêt et la joie que vous aurez ressenti durant votre carrière, dans un écosystème où vous aurez pu révéler l’ensemble de vos capacités.

Le pouvoir de l’alliance entre émotions et rationalité

Un pilote de moto Rallye que j’accompagne en ce moment-même a inspiré cet article. En débriefant sur son dernier rallye remporté au Maroc dans sa catégorie, ce pilote m’a montré par A+B que l’émotionnalité et la rationnalité ne sont pas deux adversaires devant se combattre mais bel et bien deux partenaires au service d’un seul et même leitmotiv : Atteindre l’objectif visé.

Faites-vous preuve de gratitude ?

Être reconnaissant. Ressentir de la gratitude. S’émerveiller de petites choses. Voilà une idée que l’ego n’aime pas. Son but étant la séparation et la division, il n’est pas bien à l’aise avec cette idée incongru d’être reconnaissant envers des personnes ou de ce qui constitue ce monde (un paysage par exemple).

Tout est passé beaucoup trop vite.

Mercredi 25 août. 9h36. Mon corps est ici mais ma tête est toujours là-bas, dans les montagnes Pyrénéennes. Cet ultra-trail de 120 kms et 7000m de dénivelé positif a marqué de son empreinte ma vie à coup sûr. Je sais que je dois écrire quelque chose pour passer à l’étape suivante.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Recevez directement mes nouveaux articles dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :